Chaque personne est différente, l’une ayant besoin de plus de sécurité que l’autre. Il en est de même pour les propriétaires fonciers. Chaque personne a besoin d’une assurance immobilière. Le choix des assurances dépend du besoin personnel de sécurité de chacun.

La sécurité nous est chère. Et elle nous revient chère : nous les Suisses sommes le seul pays au monde à dépenser autant d’argent pour des assurances. Selon le besoin personnel de sécurité de chacun, la plupart des assurances sont utiles et justifiables en soi. Mais pas toutes. Aussi les propriétaires fonciers doivent-ils réfléchir aux risques financiers auxquels ils sont exposés et faire la part des choses entre ceux contre lesquels ils veulent s’assurer et ceux qu’ils désirent porter par leurs propres moyens s’ils sont en mesure de le faire.

L’assurance immobilière comme socle

La question de savoir si oui ou non il faut une assurance immobilière ne se pose pas vraiment. Elle est en effet obligatoire dans pratiquement tous les cantons et est souscrite auprès d’un établissement cantonal d’assurance. Elle n’est pas obligatoire mais très recommandée pour les cantons de Genève, du Tessin, d’Appenzell Rhodes-Intérieures et du Valais. Dans les cantons d’Uri, de Schwyz et d’Obwald, l’assurance immobilière est obligatoire non pas en passant par un établissement cantonal d’assurance, mais par exemple GVB Assurances privées SA. L’assurance immobilière assure contre l’incendie et les dommages naturels, et couvre les dommages immobiliers causés par les glissements de terrain, éboulements de rochers, incendies, grêle, crues, avalanches, pression de la neige, chutes de pierres et tempêtes.

Assurances complémentaires pour les propriétaires fonciers

  • Les dégâts des eaux causés par les crues et inondations sont couverts par l’assurance immobilière. Pour faire face à des infiltrations de pluie, de neige ou d’eau de fonte dans la maison, à une rupture de conduite ou à une accumulation d’eau, vous avez besoin d’une assurance contre les dégâts d’eau si vous ne désirez pas payer vous-même les dommages. Cette assurance joue aussi dans le cas d’une fuite de fioul dans l’installation de chauffage ou dans le réservoir. Important : en cas de sinistre, établissez sans tarder si c’est l’assurance immobilière ou l’assurance contre les dégâts d’eau qui doit prendre en charge les dommages.
  • Vous aurez à payer de votre propre poche les bris de glace qui ne sont pas causés par des événements naturels, sauf si vous souscrivez une assurance contre les bris de glace. Cette assurance prend en charge les dommages de verres à montage fixe tels que les vitrages de fenêtres et les céramiques à montage fixe comme les lavabos. Les tables de cuisson à induction sont également comprises selon la compagnie d’assurance. Demandez des précisions à votre conseiller en assurance ou consultez les conditions d’assurance.
  • L’assurance contre les bris de glace prend en charge les glaces que vous brisez vous-même et votre famille dans votre propre maison. Si votre fils jette une pierre dans la vitre d’un voisin ou si, lors de la visite chez un voisin, vous laissez tomber un gobelet en verre dans son lavabo, vous avez besoin d’une assurance responsabilité civile. Cette assurance couvre les dommages causés à des tiers et à leurs biens. Cela vaut aussi pour un visiteur dans la cage d’escalier qui tombe du premier étage ou pour une tuile qui se détache du toit et tombe sur une voiture.
  • Les séismes sont certes des événements naturels, mais les dommages qu’ils causent ne sont pas couverts par votre assurance immobilière. Si votre maison est située dans une zone exposée aux risques sismiques, dans le canton de Bâle ou du Valais par exemple, il est recommandé de souscrire une assurance sismique car même si le risque est minime, les dommages financiers sont potentiellement considérables.
  • Si vous louez votre maison, une assurance de protection juridique peut s’avérer utile en cas de litige entre locataire et bailleur. Il est bon de réfléchir aussi à une assurance responsabilité civile immeuble, car c’est vous en tant que propriétaire – et non votre locataire – qui assumez la responsabilité lorsque le sapin de votre jardin s’abat sur le garage de votre voisin et le fait s’effondrer.